Sélection de livres     page mère           page d'accueil           plan du site

__________________________________________________________________________________________________

Ethique médicale          haut de page

Références Points clés Extraits

Ethique de l'urgence, urgence de l'éthique

Pierre Valette    

Docteur en médecine et docteur en philosophie, Pierre Valette exerce la médecine d’urgence depuis une trentaine d’années. Il est actuellement responsable du SAMU départemental du Pas-de-Calais et président de la Commission médicale d’établissement (CME) du centre hospitalier d’Arras.

L’éthique et la médecine sont indissociablement liées. Une approche philosophique de la médecine d’urgence permet de distinguer l’éthique de la médecine d’une éthique pour la médecine ; elle met à nu l’éthique médicale dans son opposition radicale à une éthique taillée de toutes pièces, découpée sur mesure et calquée sur le modèle d’une discipline managériale ou d’une instance juridique. L’éthique médicale est, au final, au coeur de la relation malade tandis qu’une éthique pour la médecine reste toujours à sa périphérie. Mais pour saisir l’éthique nichée au sein même de la médecine d’urgence, il faut d’abord analyser tous les ressorts d’une discipline médicale encore jeune que certains voudraient déjà réduire à une succession de gestes techniques bien organisés et presque automatisés. Qu’il exécute ou non des gestes techniques, le médecin urgentiste est toujours dans l’acte médical et l’acte médical fait de la médecine d’urgence une spécialité à part entière. Le tri médical, abordé comme un exercice singulier de la médecine d’urgence, de la médecine de masse, de la médecine de catastrophe, rend de façon inattendue à l’éthique médicale sa place de philosophie première.

Septembre 2013

L'éthique médicale en questions

Jean-Marie Mantz         

L'éthique a fait débat de tout temps, mais force est d'admettre qu'elle est, aujourd'hui, plus que jamais d'actualité. Bien qu'elle concerne tous les domaines de la société, elle reste particulièrement présente et essentielle dans la santé : la médecine donne naissance aux interrogations éthiques les plus délicates en rapport avec la vie, la souffrance et la mort. Depuis qu'Hippocrate en a établi les fondements, de nombreux livres, traités et encyclopédies se sont attachés à aborder le thème de l'éthique médicale au gré des découvertes qui ont jalonné l'évolution de la médecine.
Cet ouvrage, fruit d'une pratique médicale de plus de 30 années passées au plus près des malades, a pour vocation d'exposer clairement, en 100 questions, les principaux problèmes éthiques qui peuvent se poser aux médecins dans leur pratique quotidienne. Il ne s'agit pas là d'évoquer la « morale » mais de mettre en évidence de façon factuelle les dilemmes que ces questions impliquent et de reconnaître que certains restent encore, pour le moment, sans solution. L'éthique médicale en questions passe en revue, au travers des grandes étapes de la vie, les problèmes d'éthique tels que la procréation médicalement assistée, la maltraitance de l'enfant, l'addiction, sans oublier la réanimation, les soins palliatifs et l'euthanasie.

Avril 2013

__________________________________________________________________________________________________

Histoire de la médecine       haut de page

Références Points clés Extraits

La médecin sans médecin ?

Le numérique au service du malade

Guy Vallancien

Chirurgien, membre de l'Académie Nationale de Médecine. Professeur d'urologie à l'Université Paris Descartes, spécialiste en cancérologie chirurgicale mondialement reconnu. Il a conseillé plusieurs ministres de la santé et réfléchit sur le thème de l'organisation des soins dans le cadre de la Convention on Health Analysis and Management (CHAM) qui réunit des experts et décideurs en matière de santé.

L’évolution accélérée des technologies bouleverse la médecine et notre système sanitaire. Elle porte à ses dernières conséquences le changement que le stéthoscope de Laennec avait jadis engagé en forgeant un instrument qui démultiplie le pouvoir de l’observation. Nous assistons pour de bon à l’émergence de ce que Guy Vallancien propose d’appeler une «média-médecine», une médecine médiatisée par le recours aux capacités de l’ordinateur, que l’on retrouve de la génétique à la robotique chirurgicale, en passant par la télémédecine et les communautés de malades.
C’est à l’analyse des transformations rendues possibles par cet outil d’une puissance incomparable que l’ouvrage est consacré. Leurs effets ne s’arrêtent pas à la seule pratique médicale. Elles permettent d'envisager une réorganisation profonde du système de santé. Contre l’antiscience actuelle, Guy Vallancien se livre à un vigoureux plaidoyer en faveur des progrès qui sont de la sorte à notre portée. Nous avons les moyens d’une médecine à la fois plus efficace et plus humaine. Sachons les saisir, argumente-t-il, au lieu de nous enfermer dans la défense de routines dépassées.

Avril 2015

Histoire des médecins

Artisans et artistes de la santé de l'Antiquité à nos jours

Stanis Perez

Professeur agrégé et docteur en histoire de l’EHESS, est coordonnateur de recherche à la Maison des sciences de l’homme de Paris-Nord. Membre de la Société internationale d’histoire de la médecine, il enseigne l’histoire de la santé à l’université de Paris 13-Villetaneuse. Il est notamment l’auteur de La Santé de Louis XIV, une biohistoire du Roi-Soleil, parue chez Perrin en 2010, et d’une quarantaine de publications et d’articles consacrés à l’histoire du corps à l’époque moderne.

 

Étrangement, une profession aussi célèbre et prestigieuse que celle de médecin n’a que rarement fait l’objet d’une synthèse historique allant de l’Antiquité à nos jours. Stanis Perez, l’un des plus grands spécialistes du sujet, retrace ici les principales étapes de l’évolution de l’art de soigner, sinon de guérir, en s’intéressant à ceux qui en ont la mission et qui en ont fait le serment.
Depuis Hippocrate, le médecin est tantôt loué, tantôt décrié pour son combat victorieux contre la maladie, mais parfois perdu contre la mort. À la fois artisan et artiste de la santé, il s’est métamorphosé avec le christianisme et l’avènement, au Moyen Âge, d’un savoir essentiellement livresque. Qu’il soit alchimiste, bonimenteur ou universitaire, le praticien de l’époque moderne profite des cours princières pour s’imposer peu avant l’émergence révolutionnaire de la clinique. Au XIXe siècle, c’est un réformateur qui consolide son rayonnement social et entend jouer un rôle croissant dans la vie de la cité… ou dans les campagnes reculées. Les lourdes épreuves du XXe siècle, la faillite de l’État providence et la crise contemporaine de la profession, enfin, ont soulevé des débats qui, pour la plupart, sont toujours d’actualité.
À la fois culturelle, politique et sociale, cette magistrale Histoire des médecins permet de mieux connaître une profession millénaire dont l’importance se rappelle à nous quotidiennement.

Mars 2015

Leçon d'histoire et d'épistémologie médicales 

Michel Rongières

Chirurgien hospitalo-universitaire à Toulouse, il a une double casquette professionnelle : celle de spécialiste de la main et du poignet et celle d’enseignant rigoureux d’anatomie. Mais ces casquettes recouvrent en fait le cerveau d’un chirurgien psychologue, philosophe et humaniste.

 

Cet ouvrage présente les différentes approches que l’on peut faire de l’épistémologie médicale.
Dans la première partie, les bases philosophiques et épistémologiques de la pensée scientifique sont exposées et éclairent les fondements de nos connaissances médicales.
Les rapports entre histoire de la médecine et construction du savoir constituent la deuxième partie. Religion, culture populaire, développement de l’anatomie et de la chirurgie, qui sont à l’origine de la médecine moderne, sont mis en relation avec l’évolution de la pensée médicale.
Enfin, la troisième partie montre comment le médecin et le chirurgien sont directement acteurs de l’évolution épistémologique de leur discipline.
Certains paradigmes médicaux changent et des théories non fondées peuvent persister.

Septembre 2013

__________________________________________________________________________________________________

Sociologie        haut de page

Références Points clés Extraits

Les décisions absurdes I

Sociologie des erreurs radicales et persistantes

Christian morel

Il arrive que les individus prennent collectivement des décisions singulières : ils agissent avec constance dans le sens totalement contraire au but recherché. Ces décisions absurdes se traduisent par des erreurs radicales et persistantes. Elles sont observées dans des mondes aussi divers que ceux de la technologie, de la vie quotidienne et du management : pour éviter un accident, des pilotes s'engagent dans une solution qui les y mène progressivement ; les ingénieurs de Challenger maintiennent obstinément des joints défectueux sur les fusées d'appoint ; des copropriétaires installent durablement un sas de sécurité totalement inutile ; une entreprise persévère dans l'usage d'un outil de gestion au résultat inverse de l'objectif visé ...
Quels sont les raisonnements qui produisent ces décisions absurdes ? Les mécanismes collectifs qui les construisent ? Les jeux sur les finalités qui les justifient ? Quel est le devenir de ces décisions ? Comment peut-on à ce point se tromper et persévérer ? Ce sont les questions auxquelles Christian Morel répond à travers une analyse sociologique aux multilples facettes - l'interprétation cognitive qui fait ressortir la puissance des erreurs élémentaires de raisonnement ; l'explication collective qui permet d'identifier des modèles d'enchaînement vers l'absurde ; l'analyse téléologique qui examine la façon dont les individus gèrent leurs intentions -, nous conduisant à une réflexion globale sur la décision et le sens de l'action humaine.

Dans le tome 2, Christian Morel reprend son enquête où il l'avait laissée et se penche sur l'émergence, dans des univers à haut risque, de dynamiques visant à favoriser la décision éclairée, à partir de cas d'école saisissants : le débat contradictoire a été déterminant pour la fiabilité des réacteurs nucléaires de la Marine américaine ; l'introduction d'une check-list de bloc opératoire a réduit la mortalité chirurgicale dans des proportions considérables ; ou bien encore, l'armée de l'air ne sanctionne plus les erreurs pour faciliter la remontée d'informations.
À partir de ces expériences, l'auteur esquisse des «métarègles de la fiabilité», synthèse de lois sociologiques et de prescriptions cognitives, comme la formation aux facteurs humains, les politiques de non-punition, les processus d'avocat du diable ou l'interaction généralisée. La sociologie des décisions hautement fiables qu'il propose va à l'encontre des idées reçues et s'applique, par sa vision étendue, à toute activité.

 

Les décisions absurdes II

Comment les éviter

Christian morel